“Pellejito de perro”. Apolinar López, transliterado por Cesar Itier

[“Pellejito de perro”, cuento quechua escrito por Apolinar López a pedido de Max Uhle (Cuzco, 1905), transliterado y traducido al francés por Cesar Itier. El manuscrito original se encuentra en el Instituto Iberoamericano de Berlín. Para mayor informacion ver la entrada anterior. Gracias Cesar. Qannla allinlla Apolinar.]

Pellejitoyperromanta Peau-de-chien

 

Apolinario López

Cuzco

 

Huk wakcha warmi kasqa. Kay warmiqqa kimsa wawan kasqa. Hinaspa iskayñinkuqa ña kasaduña kasqa. Sullk’allaña mamankuq ladunpi. Hinaspa kay maqt’aqa manchay ocioso allqullawan pukllaq kasqa. Hinaspa sutin kasqa kay maqt’aqqa « Pedrocha », allqunpataq « qara celoscha ». Hinaspa kay maqt’aqa sapa p’unchaw allqunwan pukllasqallanpi ni mamanpapas kamachisqanta ancha kasunchu. Allqunwan kuska wichay uray phawaykachasqallan retosasqallanpi kan. Maman waqtan:

– Yaw ocioso maqt’a! Imatan chay allqullawan pukllanki? Manachu llant’allamanpas riwaq? Ima llant’awan wayk’uspan haywasqayki mikhunata? nispa.

 

 

Il était une fois une pauvre femme. Cette pauvre femme avait trois enfants. Deux d’entre eux étaient déjà mariés. Seul le cadet des trois était encore auprès de sa mère. Ce garçon était très paresseux et passait son temps à jouer avec son chien. Ce garçon s’appelait « Pierre » et le chien « qara celos ». Ce garçon passait toutes ses journées à jouer avec son chien au point qu’il n’obéissait presque pas à sa mère. Il courait en tous sens avec son chien et ne faisait que s’amuser. Un jour sa mère le battit :

– Eh, petit feignant ! Pourquoi joues-tu comme ça avec ce chien ? Tu ne peux pas aller ramasser au moins un peu de bois sec ? Avec quoi vais-je cuisiner et te donner à manger ? lui dit-elle.

 

            Maman niqtin, maqt’aqa lasunta uqarispa llant’aman pasan. Pero allqunwan kuskalla chayan llant’aq kasqantapas. Chayqa chayaspaqa mana llant’anchu. Allqullanwanraq pukllan. Wichay uray retosan, payraq hawanpi, payraq pachanpi, asta sayk’unankama. Ña sayk’uspallanña llant’aq churakun. Chayqa llant’arquspan chika llant’allata apanpas. Chayqa mamanqa rikuqtin phiñakun maqt’ataqa.

– Yaw, ocioso maqt’a! Imatan ruramunki kunankama, chika llant’achataraqtáq apamunki? nispa.

Chayqa maqt’aqa nin:

– U, mamáy! Mana serkapi kaqtinmi; karutaraq rini, chaymi kay urasta hampuni, nispa nin maqt’aqa.

Hinaspa mamanqa nin:

– Paqariqpas rillaytaqyá, ichaqa temprano, chaywan tempranota kutimpunaykipaq, nispa.

Chayqa maqt’aqa nin:

– Chay, mamáy, quqawtayá nispaqa ruraykapuway, nin.

Chayqa mamanqa nin:

– Chay, rurapusqayki, nispa.

Chayqa paqarisñintin maqt’aqa rin llant’aman. Pero allqunwan kuskalla llant’aq kasqanta chayan. Chayqa pukllayta qallarillantaq allqunwan. Pukllayta tukuspanña llant’an. Chayqa huk chikallatataq apan. Hinaspa mamanqa nin:

– Temprano rirquspaykiri imatataq chay chikachata apamunki? nispa.

Chayqa maqt’aqa nin:

– U, mamáy, manan kasqachu ch’aki llant’a. Sasatan maskamuni, nispa.

 

            Alors, le garçon prit son lasso et s’en alla ramasser du bois mort. Mais c’est encore accompagné de son chien qu’il arriva où se trouvait le bois mort. Il commença par jouer avec son chien. Il se roulait partout [avec son chien], tantôt sur lui tantôt sous lui, jusqu’à épuisement. Lorsqu’il fut bien fatigué il se mit à ramasser du bois. Il ne ramassa pas grand-chose et en emporta une petite quantité. Lorsqu’il revint, sa mère le gronda.

– ¡Eh, petit feignant ! Qu’as-tu fait pendant tout ce temps pour apporter aussi peu de bois ?

Le garçon répondit :

– C’est vrai, maman, mais c’est parce que c’était loin, je rentre tard parce que je suis allé loin.

Sa mère lui dit :

– Demain matin tu y retourneras mais très tôt pour que tu puisses rentrer tôt.

Le garçon répondit :

– D’accord, maman mais prépare-moi mon casse-croûte.

La mère accepta :

– D’accord, je vais te le préparer.

Le lendemain le garçon partit ramasser du bois, mais il arriva là où se trouvait le bois toujours accompagné de son chien. Il recommença à jouer avec son chien. Après avoir joué, il se mit à ramasser du bois et en emporta à nouveau une toute petite quantité. Sa mère lui dit :

– Comment se fait-il qu’en étant parti si tôt tu ne rapportes que cette quantité ?

Le garçon répondit :

– D’accord, maman, mais il n’y avait pas de bois sec. J’ai eu bien du mal en trouver.

 

            Hinaspa paqarisñintinñataq iskayñin kasadu wawqinkuna mamankuqta rinku. Hinaspa ninku:

– Mamáy, challwakuqmi rishayku. Kay ocioso wayqiykuta pusasaqku. Hinaspa challwallatapas apamuchun uchu ruranaykipaq, nispa.

Chayqa mamankuqa nin:

– Uhalachá kay ocioso maqt’ata pusawaqchis, nin.

Chayqa iskayñin wawqikuna pusanku challwaman. Hinaspa mayupatata chayaqtinku sullk’a wawqinku maqt’aqa allqunwan pukllayta qallarillantaq. Iskayñin wayqinkuna waqtan:

– Yaw, ocioso maqt’a! Imatam allqullawan pukllanki; ligerota challway! Ima challwatan mamachaykuman apanki? nispa.

Ni chaytapas kasunchu maqt’aqa allquwan pukllaykusqallanpi. Ña tardiña kapun, tawa urahinaña. Chayqa iskayñin wayqinkuna huk phuqtuyñinta quykunku. Hinaspa ninku:

– Yaw, ocioso maqt’a! Ima challwatan mamachankuman apanki? Ligerota challway, nispa pasapunku.

 

            Le lendemain les deux frères mariés se rendirent chez leur mère et lui dirent:

– Maman, nous allons pêcher, nous emmènerons notre paresseux de frère, qu’il rapporte au moins quelques poissons pour faire un « ají ».

Leur mère répondit :

– Je suis bien contente que vous l’emmeniez, ce petit feignant.

Ses deux frères aînés l’emmenèrent donc pêcher. Lorsqu’ils arrivèrent au bord de la rivière, le cadet se mit à nouveau à jouer avec son chien. Ses deux frères le frappèrent :

– Eh, petit feignant ! Pourquoi joues-tu avec ce chien ? Dépêche-toi de pêcher ! Quel poisson vas-tu rapporter à notre mère ?

Mais le cadet ne leur obéit pas tant il était occupé à jouer avec son chien. Le soleil était déjà bas, il était environ quatre heures. Alors les deux aînés lui donnèrent leur (filet?) et lui dirent:

– Eh, paresseux ! Quel poisson vas-tu rapporter à notre mère ? Dépêche-toi de pêcher !

Et ils partirent.

 

 

            Chayqa pukllayta tukuspanña tardichallataña haykun mayuta challwaq maqt’aqa. Hinaspa challwashaspan tarirqun challwakunaq reyñintaraqtaq, sirenata, wawqinkunaq mancharichisqan. Sunsu sunsu kashasqa chayqa, hap’irqun maqt’aqa. Hinaspa challwaqa nin:

– Qara siki maqt’a, kachariway, t’ampa uma maqt’a, kacharillaway.

Hinaspa maqt’aqa nin:

– Manan kachariykimanchu. Mamaypunin qantaqa mikhuykusunki, nispa.

Mana kacharinchu. Hinaspa challwaqa nin:

– Yaw, qilla ocioso maqt’a, kacharillaway! Yaw usa chaku maqt’a, kacharillaway! Yaw, qara siki maqt’a kacharillaway!

Hinaspa maqt’aqa mana kacharinchu.

– Mana kachariykimanchu. Mamaypunin qantaqa mikhuykusunki, nispa.

Hinaspa challwaqa yapa nin:

– Yaw, qara siki maqt’a, kacharillaway, nispa.

Hinaspa maqt’aqa nin:

– Mamaypunin mikhuykusunki, nispa.

Hinaspa challwaqa nillantaq:

– Hinatayá kachariykuway, nispa baliykun.

Hinaspa maqt’aqa nin:

– Manan kachariykimanchu, nispa.

Allipasyá, quri sortijachayta qusqayki, nispa.

Chayqa maqt’aqa nin

– Ñuqa imanaymantaq sortijachata? nispa.

Hinaspa nin challwaqa:

– Kay sortijachaqa tukuy ima mañakusqaykitayá qusunki. Imata antojo kanki chaypas, ñillanki « ay, sortijitay, sortija! Kunanchá munayman kay chhaqay rikhurirqapunanta » nispa ninki, nin. Chayqa en el acto rikhurirqunqa imapas. Kunan wasiykita chayaspa hina niy « ay sortijita, sortija! Kunanchá munayman qhapaqkunaq mikhusqan sumaq mikhuna rikhurirqunanta » nispa ninki, nin challwaqa. Hinaspa ñuqaqa tukuy imaymanapin rikusqayki, sumaq fortunaraqtaqmi tukasunki, nispa nin. Kunanqa chhaqay p’unquñiqllaman kachaykampuway, nin.

Chayqa p’unquñiqman kachaykampun. Hinaspa nin:

– Imaña susidiqtiykipas, kayllaman hamunki. Ñuqaña librasqayki, nispa kacharikusqa pasaykakampun.

            Lorsqu’il eut fini de jouer, alors que le soir tombait déjà, le garçon descendit pêcher dans la rivière. Alors qu’il était en train de pêcher il tomba sur le roi des poissons, une sirène que ses frères avaient effrayée. Comme il était tout innocent, il l’attrapa. Le poisson s’exclama :

– Fesses pelées, lâche-moi, mal peigné, lâche-moi.

Mais le garçon répondit :

– Je ne te lâcherai pas, c’est ma mère qui va te manger.

Et il ne la lâcha pas. Le poisson reprit :

– Eh, paresseux, lâche-moi ! Eh, fesses pelées, lâche-moi!

Mais le garçon ne le lâcha pas.

– Je ne te lâcherai pas, ma mère va te manger, dit-il.

Le poisson l’insulta à nouveau :

– Eh, fesses pelées, lâche-moi !

Le garçon dit :

– Ma mère va te manger.

Alors le poisson se mit à le supplier :

– Lâche-moi, je t’en prie.

Le garçon persista :

– Je ne te lâcherai pas.

– S’il te plaît, je te donnerai mon anneau d’or.

– Et qu’est-ce que je vais en faire, moi, de ton anneau d’or ? dit le garçon.

Alors le poisson lui répondit :

– Cet anneau te donnera tout ce que tu lui demanderas. Si tu as envie de quelque chose, tu n’auras qu’à lui dire :

– « Ah, anneau, petit anneau, je voudrais maintenant qu’apparaisse ceci ou cela » et cela apparaîtra immédiatement ; lorsque tu vas arriver chez toi dis-lui ceci : « ah, anneau, petit anneau, je voudrais maintenant qu’apparaisse de bons plats comme en mangent les riches », et moi je veillerai sur toi en toutes circonstances, tu auras beaucoup de chance.

– Maintenant lâche-moi là-bas, dans ce trou d’eau, dit le poisson.

Et il le lâcha dans le trou d’eau. Alors le poisson lui promit:

– Quoiqu’il t’arrive, tu n’auras qu’à venir ici et je te sauverai.

Et une fois lâché il s’en fut.

 

            Chayqa wasinta chayaspanhina maqt’aqa nin mamanta:

– Mamáy, imatataq munashanki kunan ratu? nispa nin maqt’aqa.

Hinaspa mamanqa nin:

– Anchhuway kaymanta! Imapaqtaq ñuqa munasaq imatapas mana kananpaq, nispa.

Hinaspa maqt’aqa nin:

– « Munanin » nillayyá, mamáy. Kunan huk sumaq mikhunata rikhurirqachisaq, nin.

Chayqa qara siki maqt’aqa nin:

– Ay, sortijitay sortija! Kunanchá munayman huk sumaq mikhunaq rikhurirqunanta, nin.

Chayqa niqtin en el acto rikhurirqun sumaq mikhuna, qurimanta qullqimanta cubiertokunawan, misa mast’akusqa. Chayqa maqt’aqa mamanwan admirasqa quedanku. Hinaspa mamanqa nin maqt’ata:

– Wawalláy, icha demoniowanchu parlamentam-punkipas.

Hinaspa wawanqa nin:

– Manan, mamáy, nispa nin. Huk fortunawanmi tupamuni. Chayraykun kunan mikhunapas rikhurin. Kunanqa, mamáy, iman munasqaykita niway, en el acton rikhurichisaq.

Chayqa nin mamanta:

– Ropaykipas thantaña kashan, kunanpacha rikhurinqa, nispa nin maqt’aqa.

Chayqa nin:

– Ay, sortijitay sortija, kunanchá munayman mamaypaq musuq ropa rikhurirqachinaykita, nispa.

Chayqa en el acto rikhurirqun ropa.

            A peine arriva-t-il chez lui qu’il dit à sa mère :

– Maman, de quoi as-tu envie en cet instant ?

Sa mère lui répondit :

– Fiche le camp, pourquoi voudrais-je quelque chose que je ne peux pas avoir ?

Le garçon insista :

– Dis-moi seulement « je veux telle chose », maman, et je ferai apparaître un bon plat.

Alors le garçon aux fesses pelées dit :

– Ah, anneau, petit anneau, je voudrais maintenant qu’apparaisse un bon plat.

A ces mots apparut un met délicieux, sur une table avec des couverts d’or et d’argent. Le garçon et sa mère en restèrent ébahis. Alors sa mère dit au garçon :

– Mon cher fils, as-tu fait un pacte avec un démon ?

Son fils lui répondit :

– Non maman, ce plat est apparu parce que j’ai rencontré une « fortune ». Maintenant dis-moi ce que tu veux, maman et je le ferai apparaître immédiatement.

Et il ajouta :

– Tes vêtements sont tout usés, il va en apparaître d’autre tout de suite.

Et il dit :

– Ah, anneau, petit anneau, je voudrais maintenant que tu fasses apparaître des vêtements neufs pour ma mère.

Et les vêtements apparurent immédiatement.

 

Hinaspa allqun wañurqapun unquy hap’iqtin. Chayqa maqt’aqa yaqa luku tukunpas allqunmanta. Hinaspa qaranta ch’utispa pantalunta rurakuspan churakun. Chaymantan « pellejitoyperrota » sutichapusqanku.

 

            Un jour son chien tomba malade et mourut. Le garçon en devint presque fou. Alors il lui enleva la peau et s’en fit en pantalon qu’il se mit. A partir de là on l’appela « Peau-de-chien ».
            Hinaspañataq huk p’unchawqa plasa pampata pasashasqa, phichiwta chanqan. Hinaspa reypa ususin niñitaqa waqyarin pellejitoyperrotaqa.

– Yaw, maqt’a, hamuy balirqukusqayki, nispa nin.

Chayqa maqt’aqa nin:

– Señoritay, imallatachu? nispa.

Chayqa señoritaqa nin:

– Estomago nanaywanmi kashani, phaway, licorchata rantiykarqapuwanki, nin.

Chayqa maqt’aqa:

– Como no, señoritay, nin.

Chayqa iskayrealta wikch’uykun huk puruchatawan. Hinaspa licorchata rantirqamun maqt’aqa. Hinaspa huk kalli punkuta haykurquspan licorta maqt’a tumarqun. Wakinta hinaspataq hisp’ayñinwan hunt’arqun. Chayqa señoritaman puruchaq watunta wikch’ukapun. Chayqa señoritaqa haywarqakapun. Iskay realta pagaykun rantimusqanmanta. Chayqa señoritaqa licortaqa tumaykuspan, maqt’aq hisp’ayninwan taqrusqata, chayllamanta unqusqa wiksayuq reypa ususin rikhuripun.

 

            Puis, un jour, alors qu’il traversait la place, il abattit un moineau. La fille du roi appela Peau-de-chien et lui dit:

– Eh, toi, viens là, je veux te demander un service.

Il demanda :

– Quoi donc, mademoiselle ?

La demoiselle lui dit :

– J’ai mal à l’estomac, dépêche-toi, va m’acheter un peu de liqueur.

– Bien sûr, mademoiselle, répondit-il. Elle lui jeta deux réaux et une petite gourde. Le garçon courut acheter un peu de liqueur. Puis, se dissimulant dans l’embrasure d’une porte, il but un peu de liqueur. Il remplaça le reste par un peu de son urine. Puis il referma la gourde. Il la donna à la jeune fille et celle-ci le paya deux réaux pour être allé lui acheter la liqueur. La fille du roi but la liqueur mélangée à l’urine du garçon et tomba enceinte à cause de cela.

 

            Chayqa maman taytanqa admirasqa, manchay renegasqa quedanku. Hinaspa reywan reinawan tapunku ususinta:

– Ususiy, willakuy imaynapitaq khayna unqusqari rikhurinki? Pitaq engañaqñiyki? nispa.

Chayqa ususinqa nin:

– Papáy, mamitáy, manan pipas engañawanchu ni pipas tukaykuwanchu, nispa nin.

– Chayri, imaynataq khaynari rikhurinki? nispa nin yapamanta.

Hinaspa ususinqa nin:

– Manan pipas kaytaqa cuartoyta haykumunchu. Maski guardiakunatapas tapuychis, nispa nin.

Hinaspa reywan reinawan tapunku guardiakunataqa:

– A ver, rimariychis, willakuychis a buenaspi. Pin haykurqan señoritaq cuartonta? nispa. Kunanmi sapanka guardia banquillopi wañun, nispa.

Guardiakuna qunqurchaki churakuspanku ninku:

– Mi sapay real Majestad, manan pipas haykunchu señoritaq cuartontaqa. Tuta p’unchaytáq kayllapi kashayku, manan qhariqa haykunchu ni qharinpa sayaypas, nispa ninku guardiakuna.

– Icha mayqin coronelchu, comandantechu, mayorchu, oficialchu haykurqanpas, nin reyqa.

Hinaspa guardiakuna ninku:

– Manapunin pipas haykunchu, nispa.

Chayqa desde coronelmantapacha kastigan.

– Rimariychis, mayqinmi señoritaq cuartonta wicharqan? nispa.

Chayqa ninkuyá:

– Manan pipas wichaykunchu, nispa.

 

            Ses parents en furent très surpris et très ennuyés. Le roi et la reine demandèrent à leur fille :

– Fillette, dis-nous comment tu es tombé enceinte ? Qui a abusé de toi ?

La jeune fille protesta :

– Papa, maman, personne n’a abusé de moi, personne ne m’a touchée.

– Et alors, comment se fait-il que tu es dans cet état ? reprirent-ils.

Leur fille n’en démordait pas :

– Personne n’est entré ici dans ma chambre. Demandez aux gardes si vous voulez.

Le roi et la reine demandèrent aux gardes :

– Parlez, avouez de bon gré : qui est entré dans la chambre de la demoiselle ? Nous allons tuer tous les gardes sous la torture.

Les gardes se mirent à genoux et dirent :

– Majesté, personne n’est entré dans la chambre de la demoiselle ; nous sommes resté ici jour et nuit et personne n’est entré, ni même l’ombre d’un homme.

– Peut-être quelque colonel, commandant, adjudant ou officier a pu entrer ? dit le roi.

Mais les gardes assurèrent :

– Personne n’est entré.

Alors il punit tout le monde, depuis le colonel.

– Parlez, lequel d’entre vous est monté dans la chambre de la demoiselle ?

Ils répondirent :

– Personne n’est monté.

 

            Chayqa señoritaqa ña wachakapunña kanpas. Chayqa wawaqa kasqa qharicha. Hinaspa ña suqta qanchis killayuqña wawaqa. Hinaspa reywan reinawan pinsasqankupi kaskanku:

– Imaynapitaq ususinchisri wawayuq rikhurin?

Wawaq taytanqa kanpunichá rikuy, ninku. Imaynataq chay wawari mana taytayuq kanqa? Pues avisoyá publicakuchun lliw entero ciudadmanta, llaqtakunamantan citasqa p’unchaw reykuna, principekuna, condekuna, marqueskuna, lliw huñunakumunankupaq plasa pampaman.

            Finalement la jeune fille donna naissance à un petit garçon. L’enfant avait six ou sept mois et le roi et la reine se demandaient toujours :

– Comment se fait-il que notre fille a eu un enfant ? Il doit y avoir un père à cet enfant. Comment cet enfant pourrait-il ne pas avoir de père ? Que l’on publie un avis pour que, le jour choisi, rois, princes, contes et marquis de toute la ville et de toutes les provinces se réunissent sur la place.

 

 

            Hinaspa reytaq rurachin palcota chawpi plasapi. Ususin señoritataq wawacha ñawpaqñintin palcopi tiyashan. Chaykama ña wawachaqa kimsa watayuqña, allin rimaqchaña. Hinaspa lliw huñunakumunku sitasqan p’unchawqa. Chayqa avisopiqa nin rey:

– Kunanri condekuna, marqueskuna, reykuna pasanqaku wawachaq ñawpaqñinta, hinaspa pitachá wawa « taytáy » ninqa, chaywanmi ususiyta kasarachisaq, nispa nin avisopi.

Hinaspa huñunakumunku lliw. Chayqa primerta pasanku condekunallaraq manchay kusisqa.

– Icha ñuqatachu wawacha « papáy » ñiwanman! nispa.

Hinaspa mana mayqintapas « taytay » ninchu. Chaymantaqa reykunañataq pasanku ni paykunatapas « papáy » ninchu. Chaymanta vocalkuna, dortorkunañataq pasanku. Ni paykunatapas « papáy » ninchu. Chaymantaqa colegialkunañataq pasanku. Ni paykunatapas « papáy » ninchu. Chaymantaqa comun mosokunañataq pasanku. Ni paykunatapas « papáy » ninchu. Ultimollatañataq pellejitoy-perroqa rin. Hinaspa huk kalli punkullata haykurquspan nin:

– Ay, sortijita, sortija! Kunanchá munayman huk aguilillo uywa montura freno quriwan qullqiwan chapeasqa rikhurinanta.

En el acto rikhurichin sortijachanqa. Chayqa chay uywapi muntaykuspan pasan. Chayqa wawachas imahina makichanta haywarimuspa nin ‘papáy’ nispa. Chayqa gente wantullapiraq siqarqachinku pellejitoyperrota. Hinaspa sirenaqa musquchisqa:

– Chay wawari churiykin, nispa nin. Mesapiñataq ganso-ganso mikhupuwaq paykunaq mikhusqanta qhawarispalla, nin. Ñuqañan castellanotapas yachachimusqayki, nin.

 

            Alors le roi fit construire une tribune au milieu de la place. La fille était assise sur cette tribune avec son enfant devant elle. L’enfant avait déjà trois ans et savait parler. Le jour choisi, tous les nobles se réunirent. Le roi disait dans son avis:

– Les contes, les marquis, les rois passeront devant l’enfant et celui qu’il appellera « papa » épousera ma fille.

Tous se réunirent. D’abord passèrent les contes, très contents.

– Pourvu qu’il m’appelle « papa », pensaient-ils.

Mais il n’appela aucun « papa ». Puis ce fut le tour des rois mais l’enfant n’appela aucun « papa ». Puis ce fut le tour des procureurs et des docteurs mais il n’en appela aucun « papa ». Ensuite passèrent les étudiants. Il n’en appela pas non plus aucun « papa ». Puis ce furent les seigneurs du commun. Il n’en appela aucun « papa ». Peau-de-chien y alla en dernier. Il entra un instant dans l’embrasure d’une porte et dit:

– Ah, anneau, petit anneau, je voudrais maintenant qu’apparaisse un cheval aguilillo[1] avec des mors en or recouverts de plaques d’argent.

L’anneau le fit apparaître immédiatement. Et il s’en fut monté sur ce cheval. Alors l’enfant lui tendit la main et l’appela « papa ». L’assistance porta Peau-de-chien en triomphe. La sirène lui avait fait rêver que cet enfant était le sien et lui avait indiqué comment il devait imiter les autres une fois à table [et faire comme une oie?]. Elle lui avait assuré aussi que grâce à elle il saurait parler espagnol.

 

            Chayqa yachachisqantahinalla mikhunpas. Chayqa kimsa p’unchawñinmanqa kasaraykakapun reypa ususinwan. Hinaspa semana kasarakusqaman nin musquyñinpin sirenaqa:

– Yaw, Pedrocha, ama llakikunkichu. Ñuqañan suegroykiq wasinpa ladullanpi huk sumaq vidriomanta palaciota rikhurichisaq, nispa nin. Hinaspa suegroykita ninki: « kunanqa, papáy, warmiyta licenciaykimanta palacioyta pusaykapusaq » nispa.

Chayqa tutamantan hatariqtinqa sumaq palacio kapushasqa. Suegronpataraq p’inqachipushasqa. Chayqa pellejitoyperroqa haykurqun manchay kusisqa palaciotaqa. Hinaspa manchay admirasqa qhawashan. Hinallaman vasallokuna kikinku presentakunku. Hinaspa ninku:

– Señor, patronñiykun kachamuwayku señorñiy sirwinaykupaq, nispa.

Chayqa Pedrocha ña yachanña piq kachamusqanta. Chayqa suegron puñusqanmanta rikch’amuqtinqa:

– Papáy, hakuyá wasiyta, bisitaykuway, nispa pusan.

Chayqa suegronqa nin:

– Hijo, chayri maypitaq wasita huk ratullapi rurarqakamunki? nispa nin.

Hinaspa qatayñinqa nin:

– Papáy, hinataq huk ratulla rurarqamuni, nispa.

Chayqa suegron haykuspa admirakuspa qhawan palaciotaqa. Hinaspa suegronqa nin qatayñinta:

– Hijo, imaynapitaq huk tutallapiri khayna sumaq palaciotari rikhurichinki? nispa nin. Ñuqaq palacioyqa cocinamanraq rikch’akapusqa, nispa.

 

            Il mangea comme elle le lui avait enseigné. Trois jours après il épousa la fille du roi. Une semaine après le mariage, la sirène lui dit en songe :

– Eh, Pierre, ne t’en fais pas. Je vais faire apparaître un beau palais de verre à côté du palais de ton beau-père. Ensuite tu diras à ton beau-père : « avec votre permission, je vais emmener ma femme dans mon palais ».

Le lendemain matin, lorsqu’il se leva, il y avait un beau palais. En comparaison, celui de son beau-père n’était rien. Peau de chien entra dans le palais très content. Il le regardait très étonné lorsque des vassaux se présentèrent d’eux-mêmes et dirent :

– Monsieur, notre patron nous envoie pour servir notre seigneur.

Pierre savait déjà qui les lui envoyait. Lorsque son beau-père se réveilla il lui dit :

– Père, venez chez moi, rendez-moi visite.

Et il l’emmena. Son beau-père lui demanda :

– Mon fils, comment as-tu pu faire ce palais en un instant ?

Le gendre répondit :

– Père, eh bien je l’ai fait comme ça, en un instant.

Son beau-père entra et regarda le palais tout étonné. Puis il dit à son gendre :

– Mon fils, comment as-tu pu faire apparaître un si beau palais en une seule nuit ? En comparaison, mon palais ressemble à une cuisine.

 

            Chayqa chay p’unchawqa suegronta suegranta qataymasinkunatahina pusaspan kumbidan. Hinaspa paqarisñintinqa pusapun warminta palacionkuman. Hina palacionkupi tiyashanku. Hinaspa musquyñinpi sirena nin Pedrotaqa:

– Paqariqmi suegroyki suegrayki bisitamusunki. Hinaspa huk palanganata ñaqch’atawan rikhurichisaq. Warmiyki umanta ñaqch’akunqa. Hinaspan huk ladu chukcha simp’anmanta quri perlas t’akakamunqa. Huk ladumantataq qullqi perlas t’akakamunqa. Hinaspan chaywan admirasqa kedanku, nin sirena.

Chayqa Pedroqa paqarisñintinqa warminta nin:

– Kunanmi umaykita ñaqch’akunki kay palanganaman kay ñaqch’awan, nispa warmintaqa ñaqch’achin.

Chayqa sirenaq nisqanhina huk ladumanta t’akamun quri perlas, huk ladumanta qullqi perlas. Hinallaman suegron suegranqa haykurqanku. Hinaspa ususinpa uma ñaqch’akusqanmanta quri perlas qullqi perlas t’akakuqta rikunku. Chayqa reyqa reinawan tapunku qatayñinta:

– Imaynapitaq warmiykiri ñaqch’akun khaynata? Perlakunari t’akamun, nispa. Qanqa hinachá kanki espirituchus demoniochus, nispa.

Hinaspa qatayñinqa nin:

– Manan ñuqaqa espirituchu, demoniopaschu kani, qhapaqkunaq qhapaqñinmi kani. Ñuqaqqa munayllaypin imapas rikhurichinaypaq, nispa nin.

Hinaspa suegronwan suegranwan admirasqa ch’aki kanku.

 

            Ce jour-là il invita son beau-père, sa belle-mère et ses beaux-frères. Et le lendemain il emmena sa femme dans son palais. Ils vécurent dans leur palais. Un jour la sirène dit à Pierre en rêve :

– Demain ton beau-père et ta belle-mère te rendront visite. Je ferai apparaître une bassine et un peigne. Ta femme se peignera les cheveux et d’une de ses tresses couleront des perles d’or, de l’autre tresse couleront des perles d’argent. Ils en seront stupéfaits.

Le lendemain Pierre dit à sa femme :

– Tu vas te peigner les cheveux avec cette bassine et ce peigne.
Et elle se peigna. Alors, comme l’avait dit la sirène, des perles d’or coulèrent d’un côté et de l’autre des perles d’argent. Sur ce, son beau-père et sa belle-mère entrèrent et ils virent les perles d’or et d’argent qui tombaient des cheveux qu’elle peignait. Le roi et la reine demandèrent à leur gendre :

– Comment se fait-il que ta femme se peigne de cette façon ? Des perles coulent de ses cheveux. Je me demande si tu n’es pas un esprit ou un démon.

Le gendre répondit :

– Je ne suis ni un esprit ni un démon, mais je suis le plus puissant. Il est en mon pouvoir de tout faire apparaître.

Son beau-père et sa belle-mère en furent stupéfaits.

 

            Hinallaman guerra declarakamun suegronpa enemigon. Chayqa qatayñinta pusan guerraman wakin qatayñinkunatapas. Chayqa guerrapi kashanku. Hinaspa suegronpa batallonñinkunata lliwtaña mast’akamushaqtin qatayñin Pellejitoy-perroqa nin sortijanta:

– Ay sortijitay sortija! Kunanchá munayman askha nanaq batallonta lliw arma corrienteta rikhurirqachinaykita, nispa.

Chayqa en el acto rikhurirqun askha batallonkuna. Chayqa ganachimun guerra suegronta. Chayqa munakapun aswan qatayñinta i coronanta payman qupun. Hinaspa rey pay kapun. Suegronpa sillapi tiyaykapun.

 

            Sur ce, un ennemi de son beau-père déclara la guerre à celui-ci. Le roi emmena son gendre et tous les beaux-fils à la bataille. Alors que le beau-père était en train de déployer ses bataillons, le gendre Peau-de-chien demanda à son anneau :

– Ah, anneau, petit anneau, je voudrais maintenant que tu fasses apparaître de nombreux bataillons bien armés.

De nombreux bataillons apparurent à l’instant même et Peau-de-chien fit gagner la guerre à son beau-père. Celui-ci désormais aima tant son gendre qu’il lui céda sa couronne. Peau-de-chien devint roi et s’installa sur le trône de son beau-père.

 

 

[1] Une race de cheval rapide que possédaient certains hacendados.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión /  Cambiar )

Google photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google. Cerrar sesión /  Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión /  Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión /  Cambiar )

Conectando a %s